Néant. » « Mon souvenir à moi n’est pas nécessairement ce qui est arrivé. Lost Highway is a treasure. Il éjacule trop vite et Renée lui donne une petite tape dans le dos. Lost Highway, carry on All the souls that I' ve known I see flowers everywhere But it's only cryings that comes up in the air So many lives around I guess that it was just your time For every roses, one big stone One phone call, my world alone I miss you, sweet mother I'll see you some other time Arrêté dans la foulée puis condamné à mort, il est soudainement victime de violents maux de tête. I've seen it twice, hoping to make sense of it. Cette frustration et cette froideur rendent toutes les scènes de sexe particulièrement implacables: lorsque les époux font l’amour, le visage de Renee reste de marbre, son corps ressemble à une imposante sculpture impossible à pénétrer. Au bout de la nuit, elles nous conduisent toujours vers notre réponse. Lost Highway, ou Route perdue au Québec et au Nouveau-Brunswick , est un thriller psychologique de David Lynch, sorti en 1997. D’autres ne s’en remettent carrément pas. [Test – Blu-ray 4K Ultra HD] Game of Thrones : Saison 8 – Warner Bros France, [Test – Blu-ray] Game of Thrones: Saison 8 – Warner Bros France, [Test – Blu-ray] Watchmen : Saison 1 – Warner Bros France, [Programme Jeunesse] Raven : la medium est de retour sur Disney Channel, [Programme Jeunesse] La Bande à Picsou, le reboot : épisode 1, critique, [Programme Jeunesse] Like Me – La fête interdite : Pour la génération YouTube, [Interview] Pascale Goufan, réalisatrice de la web-série Extérieur Nuit, [Vu sur le web – YouTubeurs] NiNe, booktubeuse, [Web] X-Files : David Duchovny et Gillian Anderson chez Jimmy Kimmel, [Vu sur le Web – YouTubeurs] Le Fossoyeurs de Films, critique cinéma complètement barré, [Concours – Programmes jeunesse] Gagnez 2 x 2 DVD de Mini Ninjas, [Concours – Programmes jeunesse] Gagnez 2 DVD de Franklin et ses Amis – Les Super Détectives, [Concours] Outlander : gagnez 1 coffret BR collector et 1 intégrale DVD, [Critique] Further : Richard Hawley livre un album classique et efficace, [Critique] California Son : Morrissey revient avec des reprises solaires, [Playlist] Elvis Presley : 10 titres méconnus à (re)découvrir, [Single] Taylor Swift : “Look What You Made Me Do”, un titre vengeur, [Preview] Sex Witch : le nouveau projet psychédélique de Natasha Khan, Lana Del Rey nous donne un avant-goût de son album Honeymoon, [Preview] Tori Amos revient à Mère Nature sur Native Invader, Bob Dylan révèle le clip interactif de Like a Rolling Stone, [Clip] “Look What You Made Me Do” : Taylor Swift se démultiplie, [Critique & Analyse] Tori Amos : Boys for Pele (1996), [Analyse ] Lana Del Rey : “National Anthem”, Camelot sous l’ère Obama, [Concert] Distant World Music From Final Fantasy : notre compte-rendu, [Test] Empire Of Sin : la mafia presque comme si vous y étiez, [Test] Bakugan Champions Of Vestroia : pour les fans de la licence, [Test – High-Tech] EMTEC Wifi HDD P600 : un périphérique de stockage pratique, [High-Tech – Test] EMTEC Speedin’ 256 Go : rapide et excellent rapport qualité-prix, [High-Tech] Facilotab : pour que les seniors suivent le mouvement, [Test – Jeu de société] Crazy Time : Le temps suspend son cours, [Test – Jeu de société] Punto : Un mini-jeu d’ambiance futé, [Test] Ludum : Une enthousiasmante box de jeux de société, [Critique] La Fabrique des corps, Des premières prothèses à l’humain augmenté, [Critique] Encyclopédie visuelle de la vie préhistorique, [Critique] Ca fume en cuisine — Snoop Dogg & Ryan Ford, [Critique] Nopi — Yotam Ottolenghi & Ramael Scully, [Critique] Les recettes des films du studio Ghibli – Minh-Tri Vo, [Critique] Le Seigneur des Anneaux, Une aventure philosophique, [Critique] Camille contre Claudel — Hélène Zidi, [Critique] La rivière du crépuscule – Lee Gil-won, [Critique] La femme silencieuse — Monique Esther Rotenberg, [Analyse] Lost Highway, un purgatoire d’images, [Analyse] Territoire réel d’un monde virtuel, dans Le Temps désarticulé, [Analyse] Autisme et schizophrénie dans Glissement de temps sur Mars, [Analyse] Simulacres et miracles dans le roman Blade Runner, [Critique] Les chroniques de Kelton, tome 1 – Jack Heath, [Critique] Cassidy Blake, Livre 2 – Victoria Schwab, [Critique] Escape Book : prisonnier de l’Overworld – Irving Le Hen, [Critique] Où est Charlie ? La schizophrénie, comme c’était le cas dans Twin Peaks, est prise ici au pied de la lettre : la scission de la psyché de Fred engendre littéralement un autre, Pete. Derrière des paroles (trop) polies, la tension est palpable entre les deux époux. Une oeuvre qui ne s’explique pas. Cette explication n’engage que son auteur. Phantasm, le film d'horreur culte de Don Coscarelli avec A. Michael Baldwin…, Le règlement du concours Concours Clôturé. La métamorphose qui permet à Fred Madison de prendre la place de Pete Dayton vient jeter un épais voile de mystère et désordonne la chronologie du récit. David Lynch, 1997. Culturellement Vôtre et…, [Concours – Programmes jeunesse] Gagnez 5 DVD de Calimero – La fête d’anniversaire, Un album court qui nous fait voyager loin…. Pour Lost Highway je pense qu'il en est de même. Le film sert alors d’exutoire pour identifier et cerner ces monstres intérieurs et de tenter de s’en libérer, souvent en vain, car ils apparaîssent tels quels dans le film suivant. L’attirance semble mutuelle et les ennuis commencent. It’s actually very “simple”: just a few moments before the electric chair, prey to his deep uxoricidal guilt Fred escapes within himself (in an extreme post-traumatic and memory-removing inner dissociative fugue) only to get retroactively trapped inside the person who killed Dick Laurent (symbol of his own lost virility as seen early in the movie) and who had an affair with his own wife … Mais inconsciemment, parce que Fred Madison a des pulsions meurtrières qui resurgissent malgré (ou à cause de) leur refoulement, l’Homme Mystère peut pénétrer chez lui : la clôture n’existe plus, n’a peut-être jamais existée. Les jeunes investissent les  boites…. LOST HIGHWAY | Critique aux confis de l'étrange 10 Juin 2010. Après tout, le cinéma, “n’est pas une sorte d’embaumement ou de momification” du présent, comme l’écrivait en 1945 le philosophe Louis Lavelle à propos de la mémoire. [Critique] 2000 WTF – Act IV : un opus bourré d’énergie, [Critique] Rest : Charlotte Gainsbourg s’affirme et bouleverse, [Critique] Miley Cyrus : Younger Now, retour à Dixieland, Thank God it's Christmas! Un peu comme on s’est tous fait des films sur la plus belle fille de la classe au collège, celle qui sortait avec un mec plus vieux du lycée. C’est le cas de Fred qui a été Pete et qui se retrouve aujourd’hui hanté par les angoisses du passé. ↑1: Des cinéastes tels que Darren Aronofsky ou Christopher Nolan revendiquent encore aujourd’hui l’influence de Satoshi Kon. brune) dans leur grande maison de L.A., vide et dépourvue d’âme, à l’image de leur relation. La métamorphose qui permet à Fred Madison de prendre la place de Pete Dayton vient jeter un épais voile de mystère et désordonne la chronologie du récit. De retour à sa routine habituelle, il rencontre la sublime Alice (Patricia Arquette blonde) qui n’est autre que la petite-amie du mafieux Mr Eddy (Robert Loggia), client régulier du garage. Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Au moment où il touche à ce fruit défendu cependant, sa vie bascule. L’ingénuité feinte de la jeune femme, distante, n’arrange pas les choses. De retour à sa routine habituelle, il rencontre la sublime Alice (, blonde) qui n’est autre que la petite-amie du mafieux Mr Eddy (. Si dans le cas de. Malgré le malaise et parfois la nausée qu’il procure, on ne peut s’empécher de le repasser dans sa tête ou devant son écran,, pour retrouver cette souffrance mélée d’un plaisir masochiste. Il profite d’avoir cinq minutes de pause pendant son concert pour l’appeler. Le lendemain matin, les époux reçoivent une cassette VHS. Comme Fred, ne préfère-t-on pas, alors, garder notre propre souvenir du film et de l’histoire plutôt qu’une version rationnelle qui amoindrirait considérablement l’impact de ce que nous avons vu et ne pourrait jamais complètement parvenir à résumer son essence ? Il peut se passer des jours, des semaines voire des années avant que la peine ne soit exécutée. Comme toute femme fatale qui se respecte, Renee, puis son alter ego blond Alice, cache un fort sentiment d’inquiétude et de violence derrière le masque souvent calme, voire impassible, qu’elle revêt. Il est en outre doué du don d’ubiquité et, surtout, agit par contamination. En preuve de bonne foi, il propose à Fred de téléphoner chez lui pour le lui prouver. « Ce ne sont pas les fantasmes morbides qui rendent le sexe cauchemardesque, écrit ainsi Guy Astic à propos du film, c’est le fait qu’il nous renvoie l’image de notre infinie solitude et de l’impossible abandon à l’autre, sinon sur le mode de la prédation. [Analyse] Twin Peaks, saison 3 : Un impossible réveil ? Ils libèrent le jeune homme qui reprend sa vie de mécanicien. Je l’ai invité. La frustration de Pete qui voit Alice lui échapper. What you see is all you get. La seconde partie met en scène Pete Dayton (Balthazar Getty), un adolescent séducteur et romantique sans histoires qui travaille dans un garage, traîne avec ses potes et sa petite-amie Sheila (Natasha Gregson-Wagner). Lorsque le couple découvre des cassettes vidéos montrant leur maison, la tension grimpe. Philippe Fraisse, dans son article sur l’univers de Lynch justement intitulé « La place du fou, » (Philippe Fraisse, « La place du fou : L’horreur selon David Lynch, quelque part entre Lovecraft et Stephen King » in. Cette interprétation me semble valide à cause du dialogue au début du film avec les policiers qui demandent au protagoniste s’il a une caméra : Ce que l’on peut traduire approximativement par : Ainsi, ce que l’on voit n’est pas la réalité, mais la réalité telle que le conçoit Fred. . Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. [Sorties] Et si on fêtait Halloween à Disneyland Paris ? Du 5…, [Critique] PIFFF 2017 : Golem, le tueur de Londres, Le règlement du concours Ce concours est clôturé.…, Concours clôturé. La femme fatale est certes celle qui captive le héros, mais elle est surtout pour lui source de méfiance et d’angoisse. , qui nous offre une image très contrastée, avec une belle palette de noirs et de teintes sombres. D’un point de vue esthétique, le film est parfait et nous plonge dans une atmosphère sourdement oppressante comme on en a rarement vu au cinéma. Guy Astic remarque que ce dédoublement est issu de La Métamorphose de Kafka, que Lynch a toujours rêvé d’adapter : « Et si quelqu’un se réveillait un jour en étant quelqu’un d’autre ?» (Guy Astic, Lost Highway en instantanés, livret inclus dans l’édition collector du film Lost Highway, DVD2, MK2, 2005, km 10. Subtilement travaillé, il met nos nerfs à rude épreuve sans jamais se contenter de gros grondements de basse lors des pics de tension. Vanity Fair édition française : qu’est-ce que ça donne ? Le défilement de la bande jaune de l’autoroute lors du générique est ainsi annonciatrice de cet enfermement: Fred croit pouvoir fuir en prenant la route et en allant toujours tout droit, mais il est condamné à revenir au point de départ, à revivre les mêmes événements cauchemardesques. In contrast to Wild at Heart or Blue Velvet, the “Hollywood trilogy” focuses on the dark side and corruption of the film industry. Archicine de Federico Babina : quand architecture et ciné font bon ménage, Honest Trailer : Maman, j’ai raté l’avion (vidéo), Le règlement du concours Le concours est clôturé.…, Le règlement du concours Le concours est clôturé. Fred est maladivement jaloux et suspecte Renee de le tromper lorsqu’il part au travail. Les souvenirs ont besoin d’être ventilés. Personnage opaque puisqu’on ne le voit qu’au travers du regard de Fred, empêchant toute objectivité, la jeune femme, distante et peu bavarde, est une femme fatale dans toute sa splendeur au sens où sa beauté attire Fred autant qu’elle le dégoûte. Son apparence séduisante, associé au fait qu’il arbore un visage humain, en fait un prédateur féroce car trompeur qui piège aisément ses victimes et ne leur révèle son véritable visage qu’au moment ultime, lorsque celles-ci sont déjà offertes, dans ses bras. Il s’agit d’un film montrant leur appartement. Next-door, things seem better. Lost Highway joue en effet d’une perpétuelle hésitation entre l’explication psychanalytique (le film comme hallucination d’un criminel délirant, enfermé dans sa cellule de prison), et l’explication ésotérique, mystique – une histoire de possession, obtenue par l’intermédiaire d’un Homme Mystérieux doté de grands pouvoirs. C’est pourtant biblique. [Théâtre] Une Histoire d’Amour : Le retour sur les planches d’Alexis Michalik, [Exposition] Il était une fois Sergio Leone à la Cinémathèque, [Expo] Divine Marilyn : Un hommage unique à Marilyn Monroe, [Sorties] Illucity lance Toyland, un jeu immersif et coopératif, [Spectacle] Pretty Guardian Sailor Moon, The Super Live : un musical à la nipponne, [Évènement] Laval Virtual 2019 : on y était, voilà nos impressions, [Interview – 4e Journée de la Femme Digitale] Aurélie Jean, chercheuse en biomécanique numérique au MIT, [Évènement] Detroit : Become Human rentre au musée Grévin, [Critique] Le style militaire envahit la mode — Timothy Godbold, [Mode] Cacharel, collection automne-hiver 2017/2018 : un nouveau printemps, [Critique] Tricots & Pulls Marins — Luce Smits, [Test beauté] Patchness, des soins beauté exigeants, [Food] Nous avons testé la Trompinette de Pierre Hermé aux Deux Magots, [Tourisme] A la découverte de Saint-Etienne et ses environs médiévaux, [Tourisme] Bruxelles : On a testé le luxueux Stanhope Hotel, [Tourisme] Miramar La Cigale : Un hôtel 5 étoiles au bord de l’océan, [Dossier] Noël 2017 : Toutes nos idées cadeaux jusqu’au 24, [Dossier] Noël 2018 : Nos idées cadeaux jusqu’au 24 décembre, Poupoupidou (Gérald Hustache-Mathieu, 2011), la Marilyn de Mouthe | Ouvre les yeux, Blue Velvet (David Lynch, 1986), enquêter sur le monde | Ouvre les yeux, Emprise de Bill Paxton (2001) : critique du film | Culturellement Vôtre, [Critique – PIFFF 2016] David Lynch: The Art Life – Jon Nguyen, Rick Barnes & Olivia Neergaard-Holm, [Critique] Parmi les vivants — Charlotte Farison, [Analyse] Les femmes fatales de Blue Velvet, [Analyse] Blue Velvet, enquêter sur le monde | Culturellement Vôtre, [Interview] Christophe Deroo pour "Nemesis (Sam Was Here)", [Analyse] Mulholland Drive, la mort des images à l'ère du numérique, Eraserhead : David Lynch pose les bases de son univers. Il espionne tout avec sa caméra. L’histoire se finit forcément mal. Ce mode de fonctionnement fait écho à celui du vampire, qui ne peut entrer dans une demeure habitée qu’après y avoir été invité. David Lynch a l’habitude de construire ses films comme sont construits les rêves : les séquences s’enchaînent sans continuité narrative rigoureuse, mais pivotent autour d’obsessions, de peurs et de phantasmes récurrents. Cette incertitude constitue un élément de torture exquis, ne trouvez-vous pas?”. Plus encore que dans Sailor et Lula, la mort rôde et menace les corps des personnages. You invited me. La frustration de Pete qui voit Alice lui échapper. Voilà quelques temps, nous…, Après deux beaux livres documentaires pour les jeunes…, [Critique] Escape Book : la tour de l’alchimiste – François Lévin, Un système simple et génial pour mieux s'organiser…, Méditation, chamanisme et rituels Camille Sfez n'est pas…, Gillian Anderson se lance dans le développement personnel…, [Critique] Ces livres qui nous font du bien – Christilla Pellé-Douël, Dans l'espace, on vous entendra rire De tous…, Les éditions Jungle se sont spécialisées dans les…, Appliquer le principe des brèves de comptoir à…, [Critique] Abécédaire du Tout-Paris – Paul de Vallonges, Un nouvel outil entre agenda, scrap-booking et carnet de listes…, Rockyrama est une revue lyonnaise s'intéressant à la…, Le grand saut Il faudrait être fou, ignorant,…, Toutes les personnes nées dans les années 80…. L’EXPLICATION. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien lui trouver? [Concours] Remportez un lot de 3 livres de cuisine des Editions du Chêne ! Quelqu’un peut s’introduire chez eux et leur fait savoir. Un couple reçoit des menaces et se perd sur les autoroutes de l’étrange. Figure centrale du film bien qu’il n’apparaisse que quelques minutes à l’écran, l’Homme Mystère est ainsi essentiel à la compréhension de. Il faut, au-delà des aveux des réalisateurs, revoir à quel point Black Swan est tributaire de Perfect Blue, tout comme Inception de Paprika. Que cette perception du personnage à l’égard de sa femme soit erronnée ou non importe peu. [Critique] Pluie noire : Ressortie bienvenue du classique d’Imamura. Pour mieux comprendre l’intensité de cette frustration, il faut avoir conscience du fantasme qu’Alice représente pour Pete. Ainsi, faisant réapparaître Fred Madison de manière impromptue alors que celui-ci avait été remplacé par un autre acteur et un autre personnage plus jeune depuis plus d’une heure, le retournement quasi-final de. Il est dans sa tête, à bord d’une voiture qui roule très vite sur une autoroute sans fin. Le mec avec une barbe, une mobe et un cuir. Que n’avions-nous pas compris à l’époque? Si tout jeu de séduction est absent entre Fred et l’Homme Mystère, ce rapport morbide est présent entre le saxophoniste et la troublante Renee. There is no sense to be made of it. Le Doliprane ne lui est d’aucun secours, c’est trop tard. [Critique] High As Hope : Florence + the Machine enfin en paix ? D’ailleurs, dans la seconde partie du film, une réplique de l’Homme Mystère rend presque explicite la condamnation à mort de Fred et le tourment qui l’attend: “Au Moyen-Orient, lorsque quelqu’un est condamné à mort, il est envoyé dans un lieu dont il est impossible de s’échapper, sans jamais savoir à quel moment le bourreau viendra derrière lui pour lui tirer une balle dans la tête. Pete est le chouchou de Mr Eddy. Moi qui recherche la vérité, je ne peux que rester observateur. La vision d’un film de Lynch est une expérience émotionnelle dérangeante mais addictive. De façon plus discrète, le son glisse parfois du mono au stéréo, ce qui annonce le thème du dédoublement et de la schizophrénie. Les voies du Seigneur sont impénétrables. J'utilise l'hypothèse de "l'inachèvement de la signification" avec précaution parce que bien que plausible ça reste une explication un peu trop facile à … Il ne reste que la route sans fin vers l’ombre. Du début à la fin, nous sommes dans l’esprit de Fred. En effet, le film change à un moment donné de point de vue : le héros permute littéralement son identité avec un autre, mieux : il devient cet autre. Définition et Explications - Eraserhead est un film américain écrit, réalisé et produit par David Lynch, sorti en 1977. Ce qui est le cas de Bob et des doppelgängers de Twin Peaks. David Lynch's "Lost Highway'' is like kissing a mirror: You like what you see, but it's not much fun, and kind of cold. Elle apprend à Pete que Mr Eddy est en fait Dick Laurent, un producteur porno (cf Il n’y a pas de rapport sexuel) pour lequel elle travaille. Lorsque celui-ci jouit (un peu trop tôt? Lost Highway is a convenient starting place for analyzing Lynch, as it initiates what a friend of mine aptly titles the “Hollywood trilogy,” comprising Lost Highway, Mulholland Drive and Inland Empire. Si l’Homme Mystère n’est pas un vampire au sens premier du terme, il en a le teint blafard et les pouvoirs, comme le remarquait déjà Guy Astic dans le livret, : celui d’apparaître et disparaître à l’envie. Les longs couloirs vides de la maison des Madison deviennent de mortels labyrinthes sous la caméra deLynch, qui nous offre une image très contrastée, avec une belle palette de noirs et de teintes sombres. A Culturellement Vôtre, nous…, Un projet psychédélique avec TOY Samedi dernier, Natasha…, Après Ultraviolence, sorti durant l'été 2014, Lana Del…, Tori Amos s'est de nouveau inspirée de la…, London Grammar, ce sont deux filles et un…, Les différentes Taylor s'affrontent dans le nouveau clip…, Lana Del Rey revisite le mythe Kennedy avec le clip National Anthem, Chanson du jour : “Shake It Out” de Florence and the Machine, Top 10 des meilleurs clips de Mark Romanek, Rupture amoureuse et feu intérieur Après deux albums…, Le 22 novembre 1963, John Fitzgerald Kennedy était abattu d'une…, Le clip "Criminal" avait valu de nombreuses critiques…, Lisa Hannigan fait sa balance à la Philharmonie…, Cette année, le Festival de Musique Universitaire de…, Un concert grandiose Les musiques de l'univers Final…, [Concert] Tribute to John Williams : music from the films of Steven Spielberg, [Concert] Trio Cosmos, des étoiles sont parmi nous, [Concert] Djazia Satour/Asa au Transbordeur de Lyon : live-report, Arcade Fire à la Halle Tony Garnier de Lyon le 26 novembre: chronique du concert, Bakugan se voit adapté dans un A-RPG pour…, [Test] Puyo Puyo Tetris 2 : le meilleur Puzzle Game depuis le premier, [Test] Oddworld New ‘n’ Tasty : une version Switch très recommandée, [Test] Haven : un trip aussi lyrique que charmant, Caractéristiques Stockage : 1 TB Compatibilité : USB…, Caractéristiques Stockage : 128 Go ou 256 Go…, Pour les grands-parents novices, mais curieux Qui que…, [High-Tech – Preview] Une heure passée avec la Gembox de EMTEC, Un jeu d'ambiance faussement simple Inclus dans la…, Photo : Culturellement Vôtre La première Party Box…, [Test – Jeu de société] Pandemic : Un jeu collaboratif stimulant, [Test – Jeu de société] Monopoly Fortnite – Hasbro, [Test – Jeu de société] Monopoly Gamer : Mario Kart – Hasbro, [Test – Loisirs créatifs] Badge It — Bandai, Comment les corps sont-ils réparés ? Fred se rend chez lui, sonne à l’interphone et dit : Poursuivi par la police, il s’enfuit sur une autoroute qui ne semble jamais finir. présentation; politique de confidentialit ... Je ne trouve à cela aucune explication rationnelle. Synopsis. Il hallucine et voit l’homme étrange devant une cabane dans le désert prenant soudainement feu. Fred interroge l’homme étrange qui s’énerve : Alice who? En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées. C'est surtout un film lui-même schizophrène. Comme toute femme fatale qui se respecte, Renee, puis son alter ego blond Alice, cache un fort sentiment d’inquiétude et de violence derrière le masque souvent calme, voire impassible, qu’elle revêt. Pingback: Poupoupidou (Gérald Hustache-Mathieu, 2011), la Marilyn de Mouthe | Ouvre les yeux, Pingback: Blue Velvet (David Lynch, 1986), enquêter sur le monde | Ouvre les yeux, Pingback: Emprise de Bill Paxton (2001) : critique du film | Culturellement Vôtre, Pingback: [Critique – PIFFF 2016] David Lynch: The Art Life – Jon Nguyen, Rick Barnes & Olivia Neergaard-Holm, Pingback: [Critique] Parmi les vivants — Charlotte Farison, Pingback: [Analyse] Les femmes fatales de Blue Velvet, Pingback: [Analyse] Blue Velvet, enquêter sur le monde | Culturellement Vôtre. C’est un cauchemar, un peu comme une chanson de Gerald De Palmas qui passerait en boucle. 289-290),  écrivait encore le philosophe. Aucune explication (même la schyzophrénique) ne me semble capable d'expliquer l'intégralité du film. Mais les mésaventures de Fred Madison, musicien jaloux condamné pour l'assassinat de sa femme, nous le verrons, peuvent rejoindre celles de Pete Dayton, le jeune mécanicien victime d'une fe… Le premier objectif est d’abords d’installer une atmosphère particulière, à travers le choix de lumières, de lieux, de couleurs et de musique, pour créer une étrangeté singulière, ensuite un malaise, puis une angoisse. Dès son formidable premier film pour le cinéma (Le septième continent), la méthode Haneke était déjà active et précise : des personnages réfugiés dans le mutisme et incapables dexprimer leurs vrais sentiments, un quotidien capté avec une froideur rare et retranscrit de façon parcellaire (des morceaux du réel plutôt quune reproduction exacte en temps réel), une bande sonore où tout accompagnement musical se voit banni au pr… Paradoxalement, les fenêtres et autres baies vitrées sont omniprésentes chez les Madison, qui semblent vivre dans un musée. Lost Highway est (peut-être) l'histoire d'un assassin schizophrène. Culturellement…, [Concours] Remportez 1 lot de 2 beaux livres Histoire des Éditions du Chêne. [Analyse] Twin Peaks, saison 3 : Qui est le rêveur ? Le lendemain matin, les gardiens de la prison hallucinent à leur tour en trouvant Pete Dayton (Balthazar Getty) dans la cellule en lieu et place de Fred. L’adolescence est porteuse de frustrations, comme par exemple le sentiment de ne pas être assez bien pour l’autre. To try is to miss the point. » Le paradoxe du vampire étant bien entendu le baiser, qui se fait morsure, illustrant de manière particulièrement parlante cette expression familière : « le baiser de la mort ». La femme fatale est certes celle qui captive le héros, mais elle est surtout pour lui source de méfiance et d’angoisse. Et il est entré en moi. Her name is Renee. Quand on s’endort au volant ce n’est … La seconde partie met en scène Pete Dayton (, ), un adolescent séducteur et romantique sans histoires qui travaille dans un garage, traîne avec ses potes et sa petite-amie Sheila (, ). [Critique] Gangs of London : l’une des meilleures séries de l’année, [Critique] Sex Education saison 1 et 2 : Une série d’utilité publique, [Test] The Pathless : le bon trip de la fin d’année 2020, [Critique] Légendes de Paris – Guillaume Bertrand, [Critique] Sekiro Shadows Die Twice : Official Artworks – Mana Books, [Critique] Avant les diamants – Dominique Maisons, [Test] Casque Beats Solo Pro : Des performances de haut vol, [Food] Château de Saint-Priest : Un semi-gastronomique étonnant, [Food] Ikône : Le salon de thé pour les fondus de chocolat, [Critique] Il était deux fois – Franck Thilliez, [Théâtre] Life is a Bathroom and I am a boat : Un spectacle qui ne prend pas l’eau, [Exposition] Dragons s’expose avec le musée Art Ludique hors les murs, [Sorties] Panik Room : Entre l’escape game horreur et la maison hantée à Paris, Conquête de l’espace : réalité et fictions, [Critique] Mulan : Une bonne adaptation de la légende, [Noël 2020] Découvrez notre sélection de Blu-ray et DVD à glisser sous le sapin, [Test – Blu-ray 4K Ultra HD] Trilogie Retour vers le Futur – Universal Pictures France, [Test – Blu-ray 4K Ultra HD] James Bond 007: La Collection Daniel Craig – Warner Bros, [Ciné-Club] Mortelles Confessions – Pete Walker, [Portrait] Deux ou trois choses sur Jean-Luc Godard, [Analyse] Capricorn One, la conquête de l’espace falsifiée, [Analyse] Total Recall : le manège aux illusions de Paul Verhoeven, [Interview] Sunao Katabuchi pour “Dans un recoin de ce monde”, [Interview] Caro & Jeunet : “L’avenir du cinéma, c’est l’immersion”, [Cinéma] Le Retour de Mary Poppins : Compte-rendu des conférences de presse avec l’équipe, [Édito] Aux USA, 2017 est une année noire pour les ventes de billets, [Édito] Ghostbusters : détestable depuis le début, [Liste] Halloween 2018 : nos conseils pour vous faire peur, L’Étrange Festival 2018 : on fait le bilan, [Festival] Suivez L’Étrange Festival 2018 au jour le jour, [Concours] Free Fire : gagnez 5×1 place de cinéma, [Concours] Phantasm : gagnez 3 DVD et 1 édition limitée Blu-Ray/DVD, [Concours] American Assassin : Gagnez 5 places de cinéma, [Critique] Star Trek : Picard – Une première saison en demi teinte.